Mon expatriation à Los Angeles – Bilan a 4 ans (+ FAQ)

En décembre dernier, j’ai fêté ma 4ème année d’expatriation à Los Angeles. J’ai hésité à vous écrire ce post ne sachant pas si j’allais pouvoir apporter d’éléments nouveaux par rapport aux autres années. Je suis maintenant bien installée dans mon expatriation et mon quotidien ici est lui aussi ancré dans les petites habitudes que j’ai pu créer au fil du temps. Ceci dit j’ai régulièrement beaucoup de questions sur l’expatriation et ai lancé dernièrement une FAQ sur Instagram à laquelle je vais pouvoir vous répondre maintenant.

Pour tout vous dire, plus le temps passe et plus je trouve que l’expatriation est une dinguerie, une chance au delà de toutes les chances qu’offre la vie, une mise en perspective de l’existence et de sa propre personne incroyable. À chaque bilan, j’ai l’impression d’être plus sereine dans cette expatriation qui est la mienne et ce qui me motive le plus c’est de savoir qu’elle va encore être pleine de surprises dans les années à venir.

La grande nouveauté de cette année à été l’obtention de la Green Card en septembre. En pratique ça ne change pas grand chose à nos vies hormis le fait que nous ne soyons plus soumis à des visas. Visas qui eux mêmes peuvent expirer et nous faire renvoyer en France à n’importe quel moment. Notre situation est maintenant stable et nous ne sommes désormais plus susceptibles de quitter les États-Unis en catastrophe. Prochaine étape, la citoyenneté dans 5 ans.

En ce qui concerne ma vie professionnelle, elle est en suspens. J’ai obtenu mon permis de travail en juin 2019 mais n’ai pas repris d’activité depuis. On me demande souvent pourquoi. Lorsque je suis arrivée ici il y a 4 ans le job que j’avais en France me manquait terriblement, c’est encore le cas aujourd’hui, il m’arrive même souvent de rêver que je suis toujours en poste (je ne sais pas si je l’avais déjà dit, j’étais dans l’insertion pour le Conseil Général de la Marne). Ce que je faisais était passionnant et épanouissant, j’avais des collègues et des partenaires pro géniaux, bref ce genre d’emploi où les dimanches soirs cafardeux n’existent pas. Ce que je ne veux pas aujourd’hui c’est trouver un emploi qui me satisfasse moins que celui que j’avais en France. Il est important pour moi de faire quelque chose que j’aime. Mon mari pouvant subvenir aux besoins de notre foyer sans que j’ai à travailler, je prends mon temps pour trouver quelques chose qui me corresponde vraiment. À savoir que mes diplômes (j’ai un Master en Philosophie) ne sont pas reconnus ici et que même s’ils l’étaient, je n’aurais pas d’autre option que l’enseignement et ça n’est pas du tout tout ce que j’envisage. J’ai déjà quelques petites idées, quelques pistes d’emploi et je vous tiendrai évidemment informés s’il y a le moindre changement dans ma vie professionnelle.

Rassurez-vous, mes journées sont bien remplies. Je vous en parle tous les ans mais lorsqu’on ne travaille pas, on est sans cesse en train de se justifier sur son emploi du temps, « Mais tu ne t’ennuies pas ? » « Qu’est ce que tu fais de tes journées ? », etc… Je déteste ces questions que je trouve hyper rabaissantes. Comme s’il n’était possible de s’épanouir que par le travail… Alors la réponse est non, pas d’ennuie à l’horizon et même la satisfaction d’avoir une vie plus remplie que jamais.

Comme vous le savez, nous avons déménagé à Burbank en banlieue de LA pendant l’été 2018 pour la bonne et simple raison que les bureaux de mon mari avaient décidé de quitter la grande ville (West Hollywood) pour Burbank. Depuis ils ont de nouveau été transférés à Pasadena mais après mûre réflexion nous avons décidé de ne pas les suivre (les écoles pour Madeleine étant meilleures à Burbank). Ça n’a pas été une décision très difficile, j’aime beaucoup ma vie ici, c’est reposant et très loin de l’agitation de Los Angeles où je crois que je ne pourrais plus vivre. J’entends enfin le chant des oiseaux et ça me change du bruit des voitures !

L’école justement, a été un enfer pour Madeleine pendant 2 ans. J’y reviendrai dans un post qui y sera complètement dédié mais nous avons fait l’erreur de la scolariser dans une mauvaise école entre 1st et 2nd Grade (CP et CE1), dans laquelle elle n’a reçu aucune aide et aucun enseignement (en tant que française qui ne parlait pas anglais) et où on l’a mise de côté parce qu’elle n’était pas en mesure de suivre le programme en anglais. La loi californienne implique que chaque enfant english learner (dont la langue maternelle n’est pas l’anglais) doit être suivi de manière particulière jusqu’à ce que le niveau requis en anglais soit atteint. Certaines écoles, par manque de budget et d’enseignants qualifiés ne respectent pas cette loi et c’est ce qu’il s’est passé (heureusement, ce n’est pas là majorité des écoles et nous sommes juste mal tombés). Aujourd’hui Madeleine a d’excellents résultats dans toutes les matières et à force de travail a rattrapé tout le retard accumulé dans cette école. Elle est désormais parfaitement bilingue (elle lit, écrit et parle dans les deux langues) et l’école n’est plus un problème. Je vous avoue que ça a été le seul point noir de notre expatriation et a occasionné une grande tristesse dans notre quotidien pendant trop longtemps. Maintenant que tout ça est derrière nous, ça n’est plus qu’un mauvais souvenir et la vie est bien plus légère !

Ça n’a pas été le cas pendant très longtemps (même si je prétendais le contraire 🙈) mais je me sens enfin chez moi ici aux États-Unis. J’ai longtemps eu l’impression d’être entre deux chaises, un peu comme si j’étais en vacances prolongées tout en ayant l’impression de ne plus être à la maison en France. Un sentiment bizarre et assez désagréable de n’appartenir ni à l’un ni à l’autre pays. Aujourd’hui je ne ressens d’ailleurs plus le besoin de revenir en France aussi souvent qu’avant, je pense même espacer de plus en plus mes voyages dans l’avenir. Cependant à la question te sens-tu Américaine ? La réponse est : moins que jamais ! Même si on ne le réalise pas avant de s’expatrier, les Américains ont une culture extrêmement différente de la notre sur beaucoup de plans : mœurs, coutumes, façons de se comporter, etc… Je me sens souvent spectatrice d’un peuple auquel je suis totalement étrangère, un peu à la façon d’un documentaire anthropologique qui me fait encore apprendre et découvrir des choses tous les jours. Comme beaucoup d’expat, aujourd’hui je prends ce qui me plaît des deux cultures pour en faire un compromis personnel parfait. Ceci dit à l’heure où je vous écris ce post, je ne me sens plus complètement française non plus mais je crois que c’est ça la condition d’expatrié, nous appartenons à tous les pays sans avoir de nationalité particulière et il n’y a pas de retour en arrière possible.


Sur ce, place à la FAQ lancée il y a quelques semaines sur Instagram. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me les envoyez par mail, MP ou à les laisser en commentaires, j’y répondrai dans un prochain article.

Comment s’y prendre pour s’expatrier aux USA ? J’ai des milliers de questions car projet en tête.

Je crois que cette question fait partie de celles que je reçois le plus souvent. Je ne peux pas vraiment te répondre car je ne connais pas ton projet et chaque cas est différent. Il existe plusieurs visas avec des durées et des restrictions différentes, et la nature du projet déterminera le type de visa approprié. N’hésite pas à me préciser ce que tu souhaites faire…

Quelles sont les conditions de l’expatriation ? La Green Card par loterie est-elle la seule solution ?

Je dirais qu’aujourd’hui il est très difficile d’obtenir un visa pour les États-Unis. Si ton entreprise n’a pas de bureaux ici ou que ta spécialité professionnelle n’est pas extrêmement demandée, l’expatriation n’est sûrement pas envisageable. Les États-Unis sont partisans de l’immigration choisie et la meilleure solution reste pour moi d’entrer par une voie professionnelle. Cela nécessitera une bonne dose de détermination et surtout beaucoup de chance afin de trouver un employeur sponsor qui soutiendra la démarche. Inscris-toi tout de même à la loterie tous les ans car c’est gratuit et les chances de gagner ne sont pas nulles. Évidemment, il a d’autres moyens comme épouser un américains ou quelqu’un qui est déjà titulaire d’un visa ou d’une Green Card (bien sûr je parle ici d’un mariage légal !). Pour ce qui est de notre histoire, mon mari a effectué son stage de fin d’études d’ingénieur dans une entreprise américaine qui a décidé de le garder par la suite. Il est arrivé avec un visa J-1 qui s’est transformé en H-1B.

Pas trop difficile d’avoir le visa ?

Pour nous non, mon mari ayant eu beaucoup de chance d’avoir une proposition d’emploi suite à son stage. J’ai ensuite été rattachée à son visa lorsque nous nous sommes mariés. Sinon je dirais que si, il est difficile d’obtenir un visa pour vivre aux États-Unis, surtout si ton emploi français ne permet pas une expatriation. Évidemment je ne veux décourager personne mais je pense aussi qu’il est préférable d’être préparé à la réalité de la situation, on ne s’expatrie pas aux US en un claquement de doigt.

Qu’est-ce qui vous manque le plus de la France ?

Hormis évidemment la famille et les amis (qui ne manquent finalement pas tant que ça puisque je suis sans cesse en contact avec eux), je dirais la nourriture. J’ai d’ailleurs perdu pas mal de poids depuis que je vis ici. Tout est globalement moins bon, moins goûtu, les ingrédients bruts sont de moins bonne qualité même si on peut trouver de très bonnes choses. Je n’aime pas trop cuisiner donc il me manque surtout Picard, Thiriet et tous les bons surgelés français. Les snacks type Kinder Country, Kinder Shokobon, la raclette toute l’année (et pas seulement 2 mois en hiver) me manquent beaucoup aussi. Le système de santé français fait également partie des choses qui me manquent le plus. J’ai un problème à l’épaule qui nous a coûté très cher en 2019 et vais devoir subir une intervention chirurgicale + de la rééducation dans quelques mois qui vont nous coûter des milliers de $ (je précise que oui, cela bien que nous ayons une assurance santé que nous payons tous les mois).

Pourquoi LA ?

Parce que quand j’ai rencontré mon mari il vivait là bas. Après notre mariage je l’ai rejoint. Je n’ai donc pas choisi la destination mais j’avoue qu’il y a pire comme expatriation ! ☀️🌴🌊

Pourquoi être allée aux US ? Dans quel autre pays te verrais tu aller après ?

Pour la première question, je te renvoie à la réponse ci-dessus. Nous n’envisageons pas du tout de quitter les États-Unis dans un futur proche ni même lointain. En fait il nous serait même difficile de quitter la Californie puisque toutes les possibilités d’emploi pour mon mari se trouvent dans l’État. Sinon je rêverais de vivre à Londres ou à Stockholm…

Peut-on s’en sortir si on parle mal anglais ?

Oui et non. Oui si tu arrives comme moi et que tu n’as pas à travailler tout de suite. Non si tu as une activité professionnelle dans laquelle tu ne comprends rien à ce qu’on te dit et que tu ne parviens pas à communiquer avec tes collègues. Mais là encore l’immersion est magique, ça vient rapidement, surtout que l’anglais est une langue vraiment facile.

Est-il facile de trouver du travail aux US ?

Je n’ai jamais cherché de travail ici donc je n’ai l’expérience pour te répondre. Si ça peut te donner une idée, mon mari qui est ingénieur en informatique reçoit une à deux propositions sérieuses d’emploi par semaine. À savoir que le CDI n’existe pas ici, l’avantage c’est que les employeurs sont moins frileux à l’embauche puisqu’ils peuvent te licencier du jour au lendemain.

Quel quartier pour LA où SF ?

Cela dépend si tu parles d’un quartier pour vivre, pour résider le temps des vacances ou pour visiter.

Concernant San Francisco, je ne peux pas te répondre, je ne connais pas la ville.

Pour Los Angeles, si c’est pour vivre je dirais West Hollywood, Culver City, les alentours de Melrose Place ou la San Fernando Valley si tu veux être bien située mais au calme. Pour résider dans le cadre d’un séjour Melrose est une bonne idée aussi et j’ajouterais Santa Monica. Pour visiter, Melrose, Hollywood, Santa Monica, Venice, Beverly Hills et Downtown Los Angeles. J’écris actuellement des posts sur chacun de ces lieux que tu peux retrouver dans l’onglet Los Angeles City Guide de mon blog.

Est-ce que Trader Joe’s c’est vraiment le paradis ? (J’en rêve)

Oui, oui, oui ! Pour un français expat, Trader Joe’s est la meilleure solution pour manger à peu près français. C’est la seule enseigne dans laquelle on peut trouver une alimentation presque similaire à la France et loin de la malbouffe américaine. Ils ont de très bons surgelés (goûtus, du plus classique au plus original !), une grande variété de fromages et de produits frais, le tout à des prix défiants toute concurrence. J’avoue, je ne sais pas comment j’aurais tenu l’expatriation sans Trader Joe’s !

Pourquoi as-tu voulu partir ? / Quelle est la raison de ton expat ?

Pour rejoindre mon mari qui vivait en Californie !

Quel métier fais-tu ?

Je ne travaille plus depuis le début de mon expatriation en 2015. Pour le détail, réponse ci-dessus ! 😉


Retrouvez :

Mon expatriation a Los Angeles – Bilan à 3 ans

Mon expatriation a Los Angeles – Bilan à 2 ans

Mon expatriation a Los Angeles – Bilan à 1 an