The Good Mood Class à Malibu

Je vous en ai déjà parlé à maintes reprises, je suis une adepte des Good Mood Classes de Sophie et de son entrain à (presque) toute épreuve. Un véritable enseignement de petites choses toutes simples, pour la plupart qu’on sait déjà mais qui nécessitent bien souvent de se rappeler à notre bon souvenir et qui boostent notre positivité. Du développement personnel efficace réalisé par des personnes intelligentes… c’est assez peu courant n’est-ce pas ?

Lorsque je vivais en France, on me reprochait souvent ma bonne humeur, d’être trop positive, de voir le verre toujours à moitié plein. « Tu n’en demandes pas assez à la vie ! », « Tu ne progresseras jamais en te satisfaisant de que tu possèdes déjà ! », « Tu verras, toi aussi tu finiras par être blasée de […] ». Je crois que sur la fin, ça a presque fini par me miner. Il était temps que je déménage, et pas n’importe où, à Los Angeles, la ville du good mood. Cet endroit où il n’est pas bizarre de sourire, de s’émerveiller, en somme d’être heureux… et avec pas grand chose si on veut.

Lorsque j’ai rencontré Sophie à Lille l’an dernier nous avons discuté d’une éventuelle Good Mood Class à Los Angeles. La ville berceau du wellness devait accueillir une Good Mood Class, c’était une évidence. Comme elle dit, il semblerait que les planètes aient mis quelques mois (seulement !) à s’aligner pour enfin mettre ce projet à exécution… C’est fou quand on y pense !

Vous avez été tellement nombreux à me demander ce qu’était une Good Mood Class en MP Instagram que j’ai mis de l’ordre dans les notes que j’avais prises après l’événement pour vous expliquer un peu tout ça. J’avais déjà fait un post sur celle de Lille à laquelle j’avais assisté pendant l’été 2018, n’hésitez pas à aller le consulter. Par ailleurs vous pouvez suivre le compte Instagram de Sophie @theotherartofliving et celui de la Good Mood Class @thegoodmoodclass pour plus d’informations.

L’an dernier à la même période Sophie et son équipe étaient à New York pour l’anniversaire des 2 ans de The Good Mood Class. Cette année c’est chez Maxfield dans le mall Malibu Lamber Yard que tout se passe.

L’histoire de The Good Mood Class

Il y a 6 ans de ça, Sophie se cherche, elle ne sait plus quoi faire, son job dans la mode ne la passionne pas, elle veut vivre différemment. Son blog The Other Art Of Living voit le jour afin de mettre à terme à tout ça. 3 ans plus tard, alors qu’elle veut organiser l’anniversaire de son blog, ses lectrices lui proposent un meet up. Dans la mesure où elles se déplacent de la France entière pour Paris, Sophie ne se sentait pas de prévoir un simple brunch, il fallait faire quelque chose de spécial, voir les choses en grand. C’est pendant cet event qu’elle a commencé à partager ses tips de développement personnel, ce qui fonctionnait pour elle. Elle s’est dit que ce qui marchait pour elle pouvait aussi marcher pour les autres. Alors qu’au départ, ce n’était pas sensé être autre chose qu’un simple anniversaire, The Good Mood Class était née.

Qu’est-ce que le Good Mood ?

Le Good Mood c’est quelque chose qu’on connaît tous très bien mais qu’on oublie aussi souvent ! C’est un concept très facile, c’est la pensée positive, la bonne énergie. Le good mood est un concept abstrait mais qui change tout. Lorsque qu’on est de bonne humeur, on fait les choses plus facilement, plus rapidement, de manière plus fluide aussi. Quand on est de mauvaise humeur, les choses prennent plus de temps à être exécutées, c’est ennuyeux et la plupart du temps ça crée de la frustration, du stress, etc…

La seule chose à repérer c’est cet équilibre du corps et de l’esprit qui nous permet d’être bien. C’est propre à chacun et c’est quelque chose que nous avons tous en nous. À tout moment il est possible de transformer le négatif en positif, la mauvaise humeur en bonne humeur. La vie n’est pas toujours facile, il se peut que les choses ne se passent pas comme on l’avait souhaité mais dans The Good Mood Class on apprend que chaque problème a une solution, que s’il n’y a pas de solution c’est qu’il n’y a pas de problème. En somme on apprend à trouver du confort dans l’inconfort, on met le doigt sur cet équilibre qui permet d’anticiper et affronter plus facilement les aléas de la vie. Toute la Good Mood Class se joue en 5 étapes.

Qu’est-ce que The Good Mood Class ?

The Good Mood Class c’est 2h de tips pour réactiver le good mood en soi, pour mettre le négatif, les soucis de la vie quotidienne de côté. C’est aussi des intervenants plutôt très calés dans le domaine du good mood (ici : Diane Winston, Directrice du Mindfulness Education à UCLA et Véronique Benchimol, Sophrologue) et des interludes chant et danse grâce à Frieda, Aurélien et Zac. Une messe loin d’être solennelle dont on ressort léger et le sourire aux lèvres.

La posture

La posture est importante parce c’est la manière dont on se présente au monde. Outre l’élégance, la posture c’est le corps qui parle, qui transmet ce que l’esprit ressent. La posture idéale c’est celle que l’on prend lorsqu’on est adossé à un mur, bien droit. En se tenant bien, on fait circuler le sang et l’énergie, c’est important. Avec une bonne posture, on évite les maux, les tensions. La bonne posture c’est aussi être bien dans son corps et dans sa tête, pour pouvoir avancer léger, libéré de toutes ces tensions. Une chose va changer, notre regard, il ne sera plus rivé sur le sol, on sera plus alerte, on anticipera plus facilement les situation. Le tips de Sophie : imaginez que vous êtes tiré vers le haut par un fil invisible accroché au dessus de votre tête. Le seul effort à faire c’est d’y penser, lorsqu’on est assis, lorsqu’on marche, dans n’importe quelle situation finalement. Toujours essayer de se faire plus grand.

La respiration

Techniquement, on peut vivre sans manger pendant 3 mois, sans boire pendant 3 jours et sans respirer pendant 3 minutes ( et encore, quand on est un professionnel de l’apnée !). Cela signifie bien que respirer est la chose la plus importante, la plus vitale pour un être humain. Selon notre état d’esprit, heureux, anxieux, notre respiration change. Elle est différente selon le moment, nos émotions et très sujette aux ressentis. Lorsqu’on se sent bien, la respiration est longue et calme (comme pendant le sommeil) mais lorsqu’on est stressé ou fâché elle est courte, rapide et devient superficielle. À savoir que la respiration peut changer notre état d’esprit, elle peut changer notre façon de gérer un situation. La plupart du temps on utilise seulement 60% de notre capacité respiratoire (nos poumons peuvent contenir 6L d’air !). Lorsqu’on ne respire pas bien, on ne réfléchit pas bien. La respiration optimale se fait par le nez uniquement, elle est profonde, vous devez sentir physiquement que votre gorge, votre pharynx et vos poumons interviennent. Cette respiration dont on parle ici sera relaxante, elle va permettre la détente, l’oxygénation du cerveau. Pour au contraire gagner en énergie il y a la respiration Bhastrika, c’est une respiration abdominale qui consiste à inspirer et à expirer par à-coups, bouche fermée en contractant les abdos. Finalement on remarque que grâce à la respiration on a la possibilité de changer notre état et comme il y a une respiration pour toutes les situations, à nous d’influencer les choses. Si on contrôle sa respiration on peut contrôler sa vie !

Le moment présent

Le moment présent c’est le seul qui soit réel, le seul dans lequel on vit. Quand tout est connecté dans le moment présent, tout est possible, sauf que la plupart du temps on est physiquement dans ce moment présent mais notre esprit lui est plutôt dans le passé à avoir des regrets ou dans le futur à stresser de ce qu’il va bien pouvoir arriver. Il faut avoir conscience que ce qui est passé est révolu, on peut avoir des regrets, s’en plaindre mais ça n’est que de l’énergie négative… et le négatif attire le négatif. Il est donc important de se rappeler que tout ce qui est arrivé avant aujourd’hui est terminé, qu’on ne peut pas revenir en arrière, qu’il faut tourner la page. Tout ce qu’on peut faire c’est d’apprendre de ses expériences passées afin de ne pas refaire les mêmes erreurs. Et finalement, ces erreurs sont positives puisque c’est ce qui constitue l’expérience. Ce qui arrivera plus tard en revanche dépend de ce qu’il se passe maintenant alors si on veut agir de manière positive pour le futur on vit dans le présent. Parce que finalement tout peut arriver, il est inutile d’anticiper.

La pensée positive

Lorsque l’on se tient bien, que l’on respire bien et que l’on est dans l’instant présent, parfois les choses, la vie, sont encore difficiles, c’est ici que la pensée positive intervient. Nous sommes les seuls à pouvoir transformer le négatif en positif (et inversement !). Tout est une question de choix et ce choix justement à nous de le faire. Le positif attire le positif et le négatif attire le négatif. Il s’agit d’être conscient de ça, s’il y a quelque chose de négatif, on doit le transformer, s’il y a quelque chose de positif on doit juste faire attention à maintenir la situation ainsi. En sanskrit le mot karma signifie action, contrairement à ce qu’on croit, ça n’est pas quelque chose qu’on subit mais c’est tout le contraire, c’est le fait d’agir. Dans la vie il finalement 2 façons de voir les choses, soit on les subit, soit on les crée. On est toujours maître de la situation dans laquelle on se trouve et ce qu’on pense aura un impact sur le déroulement des choses à venir donc à nous de transformer nos pensées négatives en pensées positives.

L’acceptation

D’abord, et c’est le plus difficile, il faut s’accepter soi même et apprendre à s’aimer. Accepter qui on est, ce qui nous constitue, nos défauts, nos failles parce que la plupart du temps lorsque qu’on essaie de cacher qui on est, de jouer un jeu ça nous revient en plein visage. C’est vrai, on est dans une société qui nous impose de faire nos preuves en permanence mais finalement essayer de rentrer dans le moule pour plaire est une perte de temps et d’énergie (donc de bonheur !). Il s’agit d’arrêter de se battre avec qui on est mais aussi avec les autres parce qu’accepter les autres comme ils sont c’est aussi s’accepter soi même. On attire ce que l’on renvoie, ce que l’on est. Si quelqu’un nous blesse, nous fait du mal, ce n’est pas de sa faute à lui mais de la notre, nous qui acceptons ça. On crée sa propre vie. Si on passe son temps à se dire que le problème vient des autres, on n’aura jamais la solution. Nous sommes notre propre solution. Accepter les choses comme elles sont est parfois difficile, frustrant, il faut juste s’ajuster soi même à la réalité, suivre le courant sans vouloir aller à son encontre. Les choses ne seront jamais parfaites parce qu’on ne peut pas tout contrôler, le positif comme le négatif, tout peut arriver et comme le dit si bien Sophie : Let it be and accept it!

The Good Mood Class, une mine d’or de petits tips faciles à mettre en place, faciles à appliquer pour se sentir mieux, plus épanoui, plus heureux et finalement juste un peu plus bienveillant avec soi même.


Merci Sophie pour ta méthode qui ne me quitte plus depuis la Good Mood Class de Lille et dont je me remémore les préceptes dès que j’ai un moment de down. Parce que, que vous soyez développement personnel ou non, The Good Mood Class, ça marche !

%d blogueurs aiment cette page :